Prise en charge nutritionnelle de la douleur: what else ?

Quick Overview

Prise en charge nutritionnelle de la douleur: what else ?

Dr LOUIS  Frédéric.

  • Anesthésiste-Réanimateur-Algologue
  • Responsable Clinique de la douleur – Conseiller nutritionnel en douleur
  • Groupe Santé CHC- Clinique Heusy

 

Lors de cette formation, le Dr LOUIS Frédéric aborde dans un premier temps les rappels physiologiques de la douleur, les traitements habituels via la prise en charge multidisciplinaire et l’importance de la réponse inflammatoire exagérée dans la genèse de la douleur chronique. Cette formation est un complément idéal à votre pratique quotidienne.

 

Durée : 2 jours
Horaires : de 8h30 à 18h00
Lieu :

Hôtel Novotel Lille Aéroport

55 Route de Douai, 59810 Lesquin

Dates : 17 et 18 Juin 2022

400,00

Disponible

18 en stock

Catégorie : Étiquettes : , , , ,

Product Description

Le traitement de la douleur nécessite une prise en charge efficace, rapide et utilisant le concept d’analgésie multimodale par des associations médicamenteuses et techniques pragmatiques.

Thomas Edison (1847-1931) prédisait une médecine faite de bon sens : « Si les médecins d’aujourd’hui ne deviennent pas nutritionnistes alors les nutritionnistes d’aujourd’hui seront les médecins de demain ».

C’est ainsi que la nutrithérapie est devenue au fil du temps l’intégration aux traitements classiques des compléments alimentaires et des mesures diététiques.

Dans ce contexte, lors de cette formation, j’aborde dans un premier temps les rappels physiologiques de la douleur, les traitements habituels via la prise en charge multidisciplinaire et l’importance de la réponse inflammatoire exagérée dans la genèse de la douleur chronique.

OBJECTIFS :

La médecine nutritionnelle pour une prise en charge de la douleur aiguë ou chronique est souventétudiée selon 2 thèmes essentiels :

    • Prévenir et gérer l’inflammation via : analyse et correction du statut des acides gras ; gestion de l’écosystème intestinal, du microbiote et des intolérances alimentaires ; gestion de la surcharge du sytème de détoxication du foie voire de la Nash ; la correction du statut de lavitamine D et utilisation adaptée des anti-inflammatoires et antioxydants dits « naturels » tels que curcuma, gingembre, acide alphalipoique…
    • Prévenir et gérer l’hypersensibilité centrale à la douleur en modulant le récepteur NMDA par la théorie de polyamines du Pr Guy Simonnet, par la limitation de l’alimentation acide et l’éviction éventuelle des régimes inadéquats (régime hyperprotéiné, lait, gluten, aspartam… mythes ou réalités ?)… J’y aborderai aussi le rôle de certains compléments alimentaires tels PEA, magnésium, vitamines b ou encore Y aurait-il aussi un intérêt pour le cannabis thérapeutique?

C’est ainsi que la nutrition notamment anti-inflammatoire peut avoir tout son sens. Comprendre en quoi modifier nos habitudes, apprendre à désapprendre notre malbouffe peut être bénéfique et salvateur et, in fine, peut potentialiser les traitements habituellement utilisés dans notre prise en charge multidisciplinaire de la douleur chronique.

Cette médecine fonctionnelle et nutritionnelle devrait donc être une Médecine de Première Intention… préventive et thérapeutique !

%d blogueurs aiment cette page :